Conférence autour du corps et de l'espace au cinéma avec Benjamin Thomas

Certains plans cinématographiques s’emploient à donner une présence à l’espace qu’ils ouvrent, sur lequel ils ouvrent, qui s’ouvre avec eux. Or, il peut arriver que cet espace se refuse à se laisser saisir par les notions de « décor » ou de « paysage », voire qu’il résiste à la catégorie d’« espace » telle qu’elle a été pensée dans les écrits sur le cinéma. C’est notamment ce qui peut advenir quand on se trouve face à des plans faisant de l’espace une présence pleine et entière tout en la rendant indissociable des corps qui y évoluent. L’enjeu, pour une réflexion se plaçant dans le champ des études cinématographiques, serait alors de tenter de remédier à l’impossibilité de dire les puissances cinématographiques que mobilisent de telles images. Penser le cinéma, c’est, au plus près de ses formes et de ses opérations de figuration, trouver les mots pour décrire celles-ci et ainsi les faire exister également sur le plan théorique.

Benjamin Thomas est Maître de conférences (HDR) en études cinématographiques à l’Université de Strasbourg.
Ses derniers ouvrages sont L’Attrait du vent (Yellow Now, 2016) et Fantômas de Louis Feuillade (Vendémaire, 2017).