Nous sommes donc en 1633, dans la commune de Schirmeck où Johannes Gail est envoyé pour superviser un procès qui n'aboutit pas : l'accusée reste muette.

En arrivant sur place, il se rend compte que le procès a été bâclé, les règles de l'interrogatoire non respectées, tout s'est fait dans la précipitation tant les habitants vivaient dans la crainte d'événements "surnaturels" survenus en grand nombre ces dernières semaines. La victime toute trouvée a 24 ans, vit seule et ne se trouve pas en odeur de sainteté dans le village.

Johannes Gail va donc prendre les choses en main pour mener à bien ce procès qui s'éternise. Bien entendu, tout ne va pas se passer comme prévu, ses convictions vont être mises à rude épreuve et il sera vite confronté à la noirceur de l'âme humaine. Est-ce que tout ceci est bien l'oeuvre de Satan ou l'oeuvre du voisin ?

Quand on sait que l'Alsace fut l'une des régions de France où les procès pour sorcellerie furent les plus vigoureux, cet ouvrage nous éclaire grandement sur le point de vue masculin de ces événements sordides, sur la mise en place d'un procès, sa rigueur et ses codes...