Dé-coïncidence ; d'où viennent l'art et l'existence

François Jullien

Grasset Et Fasquelle, 16,50 €
Ajouter au panier Ajouté !
Quelle cohérence la plus générale avancer qui éclaire en amont toute invention de l'art comme de l'existence ? On voudrait croire que, quand les choses en viennent enfin à s'accorder, c'est là le bonheur... Or, quand les choses se recoupent complètement et coïncident, cette adéquation, en se stabilisant, se stérilise. La coïncidence est la mort. La dé-coïncidence, c'est la possibilité d'une vie. Vivre, déjà, c'est dé-coïncider à chaque instant. Dieu lui-même dé-coïncide d'avec soi, en mourant sur la Croix, pour promouvoir la vie. Si l'Age classique a cru faire de l'adéquation la définition même de la vérité, ou de la coïncidence avec la Nature le grand précepte de l'art comme de la morale, il est revenu à la modernité de rompre avec ce confort de la pensée. L'auteur fait jouer ici ce concept de " dé-coïncidence " dans la Bible (le Jardin d'Eden), dans les Evangiles (Jean), dans la peinture (Picasso), la littérature (Flaubert, Proust, Mallarmé, Rimbaud, Lautréamont), la philosophie (Descartes, Rousseau, Heidegger, Husserl, Spinoza, Hegel, Derrida).

Autres éditions

Du même auteur