Vent glacial sur Sarajevo

Guillaume Ancel

Belles Lettres, 21,00 €

Nouveau livre de la collection mémoires de guerre chez Belles Lettres, nouveau choc.
Le précédent, la guerre et après de Pauline Maucourt était une série de témoignages d'OPEX (opérations extérieures) et surtout, de la difficulté de revenir à un quotidien civil, nous plongeant au coeur de ce grand inconnu qu'est le vécu des militaires français. Si l'institution les veut interchangeables, donnés corps entier à une hiérarchie, derrière se cachent des hommes et femmes avec leurs rêves et espoirs, confrontés au pire.
Vent glacial sur Sarajevo est de cette trempe. Guillaume Ancel, vétéran de l'opération Turquoise au Rwanda est missionné au Tactical Air Control Party, il devra guider les avions de chasse à détruire les pièces d'artillerie. Son témoignage nous raconte sa désespérante humilation et impuissance face à l'effroyable du siège. Au delà du quotidien, les pâtes au goût infâme que l'on mange par politesse, les haut gradés qui cassent ceux qui sortent du moule, les confrères drogués à Alerte à Malibu, ce journal se révèle de plus en plus glaçant. Menacé constamment par des milices sans pouvoir répliquer, canardé par des snipers et malgré les morts civils et alliés qui s'accumulent, sa mission se verra toujours contrariée par sa hiérarchie, pendant ce temps, le carnage serbe continuera.
Ce récit aussi effroyable que désespérant nous donne une vue de l'intérieur du plus long siège contemporain européen, partie intégrante du génocide bosniaque.