Reconstruction en philosophie

John Dewey

Traduction : Patrick Di Mascio
Gallimard, 8,00 €

Publié le siècle précédent dans l’entre deux guerre, ce livre avait un objectif majeur : réfuter la philosophie telle qu’elle était faite jusqu’à l’écriture du livre et imposer une nouvelle pratique de pensée : le pragmatisme. Le livre fut traduit très tardivement en France, seulement en 2008. Et c'est bien dommage car il est l’une de mes plus grandes épiphanies intellectuelles à ce jour, le genre de livre où de nombreux passages offrent un regard renouvelé et ouvrent l’imagination.
Le propos de l’auteur est déroutant et polémique. Après avoir démontré que la pensée de Platon et Aristote est obsolète pour penser notre monde, Dewey va s’attacher à expliquer que nous n’avons pas pris en compte l’ampleur révolutionnaire de la méthode expérimentale sur notre quotidien, la laissant aux seules mains des scientifiques au lieu de la mettre au cœur de notre démocratie et c'est là son projet : reconstruire la philosophie.
Dewey propose qu'à la place de faire confiance à nos traditions intellectuelles qui recherchent le bien suprême qu’il soit Dieu, le Bonheur ou la Raison, il faut s’intéresser au cas par cas à la réponse pratique du problème. Au fur et à mesure de la lecture, j’ai pris énormément de plaisir à l’idée de pragmastisme chez Dewey, celle qui dit qu’en matière de morale ou de politique, il n’y a pas de vérité prédéfinie mais une expérimentation à réaliser. Une saine idée.